Le Dr Vincent LACOSTE de l’Institut Pasteur (Paris), actuellement en mission en République Centrafricaine, met en place une nouvelle compétence au Laboratoire d’Analyses Médicales de l’Institut Pasteur de Bangui. En complément de la détermination de la charge virale du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), cette nouvelle analyse vise à identifier les résistances du VIH aux médicaments antirétroviraux (ARV) chez les personnes infectées par le virus. Cette mission est financée par l’Initiative 5% – canal 1 du Fonds Mondial gérée par Expertise France.

 

Un besoin actuel dans la prise en charge des personnes vivant avec le VIH-1 (PVVIH) en Centrafrique

L’objectif 90-90-90 de l’Onusida vise à ce que d’ici 2020 : (1) 90% des PVVIH soient diagnostiquées ; (2) 90% des personnes diagnostiquées soient sous traitement antirétroviral (ARV) ; (3) 90% des personnes sous traitement aient une virémie contrôlée.
Depuis 2017, la quantification de la charge virale est réalisée en RCA à l’Institut Pasteur de Bangui et au Laboratoire National grâce au soutien du Fonds Mondial. Avec un recul de près de 2 ans, on constate qu’une proportion importante des PVVIH suivies reste en échec virologique, malgré les traitements ARV.
L’atteinte du 3ème objectif nécessite aujourd’hui la réalisation des tests génotypiques pour la recherche des mutations associées à la résistance du virus aux ARV chez les patients en échec et valider les traitements de seconde intention.

 

La mise en place du génotypage des résistances aux ARV du VIH-1

Menée par le Dr Vincent LACOSTE de l’Institut Pasteur (Paris)Le Dr Vincent LACOSTE de l’Institut Pasteur (Paris), actuellement en mission en République Centrafricaine, met en place une nouvelle compétence au Laboratoire d’Analyses Médicales de l’Institut Pasteur de Bangui. En complément de la détermination de la charge virale du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), cette nouvelle analyse vise à identifier les résistances du VIH aux médicaments antirétroviraux (ARV) chez les personnes infectées par le virus. Cette mission est financée par l’Initiative 5% - canal 1 du Fonds Mondial gérée par Expertise France., une mission de 2 mois en Centrafrique vise à mettre en place une nouvelle analyse complémentaire dans le but d’identifier les résistances du VIH-1 aux médicaments antirétroviraux. Cette analyse sera disponible au Laboratoire d’Analyses Médicales de l’Institut Pasteur de Bangui à partir du mois d’avril 2019. Sa mise en place comprend la formation de 2 personnels du service, un biologiste médical et un technicien.Le Dr Vincent LACOSTE de l’Institut Pasteur (Paris), actuellement en mission en République Centrafricaine, met en place une nouvelle compétence au Laboratoire d’Analyses Médicales de l’Institut Pasteur de Bangui. En complément de la détermination de la charge virale du virus de l’immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1), cette nouvelle analyse vise à identifier les résistances du VIH aux médicaments antirétroviraux (ARV) chez les personnes infectées par le virus. Cette mission est financée par l’Initiative 5% - canal 1 du Fonds Mondial gérée par Expertise France. Cette action se place dans le contexte de l’aide financière apportée à la RCA par le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.
La technique en cours de déploiement est basée sur le protocole de l’ANRS (Agence publique française de recherches sur le sida et les hépatites virales). Elle repose sur l’étude des gènes du virus codant pour les 3 cibles enzymatiques principales des ARV : la rétrotranscriptase, la protéase et l’intégrase.

En complément, l’analyse des séquences géniques virales permettra l’identification du sous-type de VIH-1, information qui participe à l’amélioration des connaissances épidémiologiques locales.