Monthly Archives: October 2016

//October

31 octobre 2016 – Renforcement des compétences des techniciens des CDT nationaux à l’Institut Pasteur de Bangui

Le laboratoire des mycobactéries de l’institut Pasteur de Bangui est Laboratoire de Référence pour les mycobactéries (LNR). Il a pour mission de former les techniciens du réseau national des laboratoires aux techniques de coloration des lames et assurer un contrôle continu de qualité.

A ce titre, le LNR des mycobactéries a lancé ce jour une évaluation de la qualité des lectures des lames par les infirmiers et techniciens en service dans les Centres de Diagnostic et de traitement de la Tuberculose (CDT).

Cette évaluation fait suite à celle organisée du 25 Avril au 25 Mai dernier portant sur l’ensemble des techniciens des 72 CDT et vise les CDT dont les performances étaient à améliorer. 19 laborantins repartis en 3 groupes liront chacun 20 lames par jour sur 3 jours et les résultats seront évalués à la fin de chaque journée. Toute erreur de quantification ou de diagnostic fera l’objet d’une relecture avec un des experts du LNR, l’objectif étant d’emmener ces techniciens à un meilleur niveau possible en microscopie.

2019-05-28T13:06:11+00:00October 31st, 2016|Actualités|

26 octobre 2016 – Circulation du virus de la Fièvre de la Vallée du Rift chez les Ruminants, les moustiques et les humains en République Centrafricaine.

Une nouvelle étude menée par le Dr Emmanuel NAKOUNE et son équipe à l’Institut Pasteur de Bangui met en évidence la circulation actuelle du virus de la Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) en RCA. Les résultats ont été publiés le 19 octobre 2016 dans la revue spécialisée dans les maladies tropicales et négligées PLoS Neglected Tropical Diseases, dans un article intitulé « Rift Valley Fever Virus Circulating among Ruminants, Mosquitoes and Humans in the Central African Republic ».

La FVR est une zoonose virale qui touche principalement les animaux mais qui peut aussi contaminer l’homme. L’infection par ce virus provoque une maladie grave et l’avortement chez les animaux domestiques tels que les moutons, les chèvres et les bovins. Les humains peuvent également être exposés par contact direct avec les tissus infectieux ou par les piqûres de moustiques infectés (Aedes et Culex). Depuis le début des années 2000, plusieurs flambées épidémiques ont été reportées en Afrique sub-saharienne et dans la péninsule arabique ; la plus récente a été rapportée au Niger en octobre 2016 avec 28 cas mortels.

Pour évaluer la circulation actuelle du virus de la FVR en RCA, des échantillons de sang ont été prélevés sur 1271 animaux (727 bovins, 325 moutons et 219 chèvres), ainsi que chez 335 personnes à risque, tels que les éleveurs, bouchers, vétérinaires et des personnes travaillant dans les abattoirs et les marchés à bétail de la Région de Bangui. La séroprévalence globale a été déterminée à 1,9% (IgM) et à 8,6% (IgG) confirmant la circulation du virus localement. Les anticorps IgM ont été trouvés seulement pendant la saison des pluies. Bien que 16,7% des individus considérés comme à risque ont été en contact avec le virus de la FVR, aucune évidence d’une infection récente à ce virus n’a pu être trouvée.

Référence de l’article : Nakouné E, Kamgang B, Berthet N, Manirakiza A, Kazanji M. Rift Valley Fever Virus Circulating among Ruminants, Mosquitoes and Humans in the Central African Republic.

PLoS Negl Trop Dis. 2016 Oct 19;10(10):e0005082. doi: 10.1371/journal.pntd.0005082.

http://journals.plos.org/plosntds/article?id=10.1371/journal.pntd.0005082

2016-10-26T12:38:33+00:00October 26th, 2016|Actualités|

24 octobre 2016 – Journée Mondiale de lutte contre la Poliomyélite

L’Institut Pasteur de Bangui, qui abrite depuis 1994 le Laboratoire des Virus Entériques (dirigé par Dr Ionela GOUANDJIKA), s’associe à ses partenaires pour célébrer les étapes essentielles franchies, notamment grâce à la vaccination universelle. En particulier, l’éradication du poliovirus sauvage de type 2 a été officiellement déclaré le 20 septembre 2015 et a constitué une avancée majeure. Néanmoins malgré les progrès de ces dernières années, les objectifs ne sont encore pas totalement atteints (deux cas de poliomyélites ont été détectés en Ukraine récemment) et il est donc nécessaire d’être vigilant. C’est ce rôle de sentinelle que porte aujourd’hui le Laboratoire des Virus Entériques de l’Institut Pasteur de Bangui, qui fait partie du Réseau Mondial des Laboratoires OMS pour la Poliomyélites. Il est à la fois le Laboratoire de Référence National OMS Inter/pays pour la poliomyélite pour la République Centrafricaine (RCA) et le Laboratoire de Référence Régional OMS pour la poliomyélite en l’Afrique. L’OMS finance en partie le fonctionnement de ces deux volets et envoie des réactifs, des consommables et des équipements chaque année dans ce but.

Les termes de référence de notre Accord de Services Techniques avec l’OMS sont :

  • Effectuer l’isolement viral sur les prélèvements de selles issus de la surveillance active des Paralysies Flasques Aigues (PFA) en RCA ou tout autres pays désigné par l’OMS
  • Effectuer la différentiation intratypique par les techniques de RT-PCR en temps réel sur des isolats susceptibles de contenir du Poliovirus, afin de déterminer son origine sauvage ou vaccinale
  • Effectuer à la demande de l’OMS, des tests de confirmation de diagnostic sur des prélèvements de selles PFA originaires d’autres pays dans lesquels les laboratoires connaitraient des problèmes techniques.

Notre laboratoire est partie intégrante de la Surveillance active des PFA en République Centrafricaine et de ce fait, par décret présidentiel nominatif, le laboratoire fait partie des secrétariats du Comité National pour la Certification de l’Eradication de la Poliomyélite (CNC) et du Comité National d’Experts pour la Classification finale des cas PFA (CNEP). D’autre part, par arrêté ministériel, nous assurons la présidence du Comité de Revue et d’Harmonisation des Données du Programme Elargi de Vaccination (PEV) de routine, de la Surveillance Epidémiologique et du laboratoire. Les membres du laboratoire participent régulièrement et activement à toutes les réunions de ces comités. L’équipe est également appelée à participer à certaines réunions du Comité de Coordination Inter Agence (CCIA) et du Comité Technique d’Appui au PEV (CTAPEV), qui soutiennent les activités du PEV.

Le dernier poliovirus sauvage autochtone a été isolé en RCA en juillet 2000. La RCA a connu plusieurs épisodes d’importation de poliovirus sauvage en 2003-2004, 2008, 2009 et 2011 (1-2). Le dernier Poliovirus sauvage isolé en RCA date de Novembre 2011. La surveillance de ce virus est donc continue sur le territoire de la RCA grâce Laboratoire des Virus Entériques de l’Institut Pasteur de Bangui.

rca-polio

Cas de poliomyélite groupés causées par l’importation de poliovirus sauvages, République centrafricaine, 2008 – 2011. Chaque cercle représente 1 cas de poliomyélite confirmé au laboratoire. Cercles noirs, cluster B2D1B, 2008 de poliovirus de type 1 SOAS importation en provenance de République démocratique du Congo (RD Congo) ; cercles blancs, cluster D2B2B1, importation PV3 WEAF-B 2009 du Nigéria et du sud du Tchad ; cercles gris, cluster I6C2B4C1A2, importation de PV1 WEAF-B 2011 du sud du Tchad.

 

Article de l’équipe sur le Poliovirus

 

  1. Gouandjika-Vasilache I, Mazitchi A, Gumede N, Manirakiza A, Manenegu C, Koyazegbe TD, Burns C. Wild poliovirus importation, Central African Republic. Emerg Infect Dis. 2013 Jun;19(6):1012-3. doi: 10.3201/eid1906.121821. No abstract available.
  2. Manirakiza A, Picard E, Ngbale R, Menard D, Gouandjika-Vasilache OPV strains circulation in HIV infected infants after National Immunisation Days in Bangui, Central African Republic. BMC Res Notes. 2010 May 18;3:136. doi: 10.1186/1756-0500-3-136.
  3. Gouandjika-Vasilache I, Burns CC, Gumede N, Guillot S, Ménard D, Dosseh A, Akoua-Koffi C, Pallansch MA, Kew OM, Delpeyroux F. Molecular epidemiology of wild poliovirus type 1 circulation in West and Central Africa, from 1997 to 1999, using genotyping with a restriction fragment length polymorphism assay. Arch Virol. 2008;153(3):409-16. Epub 2007 Dec 4.
  4. Menard D, Gouandjika I, Mberio-Yaah F Gouandjika-Vasilache I, Kipela J, Daba RM, Mokwapi V, Nambozuina E, Cabore J, Pasi O, Menard D. Wild poliovirus type 1, Central African Republic. Emerg Infect Dis. 2005 Sep;11(9):1498-9. No abstract available.
  5. , Mokwapi F, Soro B, Djalai MI, Yam A, Maiga Z, Morvan JM.[Results of active surveillance of acute flaccid paralysis in the Central African Republic and Chad from 1995 to 2000]. Med Trop (Mars). 2002;62(1):63-9. French.
  6. Gouandjika I, Rakoto Andrianarivelo M, Akoua-Koffi C, Zeller H, Ehouman A, Morvan JM.[Circulation of the poliovirus in endemic zones with children vaccinated by the oral polio vaccine]. Bull Soc Pathol Exot. 2000 Jul;93(3):198-201. French.
  7. Morvan JM, Chezzi C, Gouandjika I, Reimerink JH, van der Avoort HG. The molecular epidemiology of type 1 poliovirus in Central African Republic. J Gen Virol. 1997 Mar;78 ( Pt 3):591-9.

Gouandjika I, Legall P, Kelembo EK, Mathiot CC, Morvan JM.  Change in the type of wild poliovirus circulating in the Central African Republic between 1991 and 1994.Trans R Soc Trop Med Hyg. 1995 Sep-Oct;89(5):576.

2019-05-28T13:01:11+00:00October 24th, 2016|Actualités|

21 octobre 2016 – L’Institut Pasteur de Bangui a repris ses activités de terrain en dehors de la capitale

L’équipe du Service d’Entomologie médicale de l’Institut Pasteur de Bangui mène depuis Octobre 2015 une étude collaborative dont l’objectif est de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans la résistance aux insecticides des moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus en RCA, à Madagascar et en Guyane. Ces moustiques sont les principaux vecteurs de maladies infectieuses chez l’homme, tels que la dengue et le virus zika. Ces travaux devraient permettre de proposer de nouveaux insecticides plus efficaces contre les moustiques afin de limiter la transmission des maladies.

Des premiers résultats obtenus dans la ville de Bangui ont fait l’objet d’une publication scientifique dans le journal international « Parasites and Vectors ». Suite à l’amélioration des conditions de sécurité dans le pays, Carine NGOAGOUNI (Responsable du service d’entomologie) et Claire SANGBA-KEMBI NGOUNOU (Doctorante) ont obtenu l’autorisation de se rendre dans la Lobaye pour une mission de terrain du 10 au 23 septembre 2016. Ainsi, elles ont collecté les larves de moustiques à l’aide de pièges et dans les gîtes (pneus usagers, boîtes de conserve abandonnées, etc). Les échantillons ont ensuite été mis en élevage et les analyses sont en cours.

Si les conditions sécuritaires se confirment, de nouvelles missions seront réalisées dans les semaines qui viennent dans le cadre de cette étude. Des prélèvements de moustiques sont encore prévus dans d’autres villes du sud ouest telles que Mongoumba, Boda, Berberati, et Bouar.

[images picture_size=”auto” lightbox=”yes” class=”” id=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/10/DSCN3174.jpg” alt=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/10/DSCN3171.jpg” alt=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/10/DSCN3162.jpg” alt=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/10/DSCN3141.jpg” alt=””][/images]

2016-10-21T18:38:48+00:00October 21st, 2016|Actualités|

20 octobre 2016 – L’Institut Pasteur de Bangui et l’ONG Emergency collabore dans le cadre d’un projet sur les fièvres typhoïdes.

Les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes sont des infections mortelles. Elles se traduisent par une fièvre continue accompagnée de maux de tête, d’anorexie, et de douleurs abdominales avec diarrhée ou constipation. Elles surviennent le plus souvent dans des zones où l’hygiène est précaire et frappent principalement les pays en voie de développement. Les deux fièvres sont causées par des Salmonelles, appartenant au sérotype Typhi ou moins fréquemment aux sérotypes Paratyphi A, B ou C. En absence de traitement, environ 10 % des malades décèdent suite à des complications telles que des ulcérations et des perforations intestinales.

Les perforations typhiques de l’intestin grêle demeurent un problème grave de santé publique ; ce sont des situations d’urgence au cours duquel le pronostic vital est engagé. En revanche, l’administration d’une antibiothérapie appropriée diminue le risque de mortalité à moins de 1%. Néanmoins, de plus en plus de souches bactériennes résistantes aux antibiotiques sont isolées en République Centrafricaine, menant à de dramatiques impasses thérapeutiques pour les patients.

Dans le pays, la fièvre typhoïde est une maladie endémo-épidémique avec la péritonite par perforation typhique constituant une pathologie fréquentes des urgences pédiatriques médico-chirurgicales. C’est dans ce contexte sanitaire préoccupant que l’Institut Pasteur de Bangui et l’ONG Emergency, au complexe pédiatrique de Bangui, ont lancé le projet intitulé  « Etude des perforations typhiques de l’intestin grêle de l’enfant » en vue d’améliorer la prise en charge thérapeutique des patients à partir des résultats d’analyses biologiques. Celui-ci s’inscrit en appui à la santé infantile en République Centrafricaine.

2016-10-21T12:41:10+00:00October 21st, 2016|Actualités|

28 Septembre 2016 – L’Institut Pasteur de Bangui participe aux 3èmes journées scientifiques du Centre Pasteur du Cameroun sur les infections émergentes et ré-émergentes

Comme tous les deux ans depuis 2012, des journées scientifiques sont organisées par le Centre Pasteur du Cameroun focalisant sur des thématiques d’actualité. Cette année, ces  3èmes journées scientifiques ont permis la rencontre des différents acteurs de santé humaine et animale, de l’environnement, de l’anthropologie et les décideurs autour de la problématique des infections émergentes et ré-émergentes dont certaines demeurent encore un problème de santé publique dans le monde.

Lors de ce colloque, une équipe de l’Institut Pasteur de Bangui, conduite par le Directeur Scientifique, Dr Emmanuel NAKOUNE, a présenté quatre sujets dont trois en communication orale et un poster, portant sur :

– Profil de résistance d’Aedes aegypti et d’Aedes albopictus aux insecticides et investigation des mécanismes de résistance en République Centrafricaine / Communication orale présentée par Mlle Carine NGOAGOUNI ;

– Conséquences des bouleversements géopolitiques sur la dynamique et l’épidémiologie de la rage en République Centrafricaine / Communication orale présentée par Mlle Sandra GARBA OUANGOLE ;

– Epidémie nosocomiale de Monkeypox humain en République Centrafricaine / Communication orale présentée par Dr Ulrich VICKOS ;

– Etude du comportement des populations naturelles d’anophèles à Bangui, République Centrafricaine / Communication affichée présentée par Mlle Claire SANGBAKEMBI.

La participation des membres de l’Institut Pasteur de Bangui à ces Journées Scientifiques a été une opportunité, d’une part, de formation pour les jeunes chercheurs, et d’autre part, pour nouer des relations avec d’autres chercheurs en vue de potentielles collaborations futures.

2016-10-20T18:31:46+00:00October 20th, 2016|Actualités|