Monthly Archives: août 2017

//août

10 août 2017 – Session du Comité chargé de l’harmonisation des données.

 

Le 10 août 2017, à l’amphithéâtre CALMETTE de l’Institut Pasteur de Bangui, s’est tenue la réunion mensuelle du Comité chargé de l’harmonisation des données de la surveillance (SEIV), du programme élargi de vaccination (PEV) et de laboratoire. La présidence de ce comité revient à l’Institut Pasteur de Bangui, en la personne du Dr Ionela Gouandjika, responsable du Laboratoire des Virus Entériques et de la Rougeole. Toutes les entités impliquées dans la surveillance des maladies ont été représentées, à savoir : La Direction de la Surveillance Épidémiologique Intégrée et de la Vaccination, le Complexe Pédiatrique de Bangui, le Laboratoire National de Biologie Clinique et de Santé Publique, l’Institut Pasteur de Bangui et l’Organisation Mondiale de la Santé.

Une fois les résultats de l’harmonisation présentés, les discussions ont portées sur :

  • Le rôle des laboratoires dans la diffusion des informations concernant les alertes aux épidémies ;
  • L’importance de la reconnaissance du travail accompli par chaque entité dans les rapports envoyés aux partenaires ;
  • L’importance de la communication entre les différentes entités et les partenaires qui sont les acteurs principaux de la surveillance et de la vaccination en RCA.

La prochaine réunion est programmée pour le 21 septembre 2017.

2019-05-28T15:31:15+01:00août 11th, 2017|Actualités|

08 Août 2017 – Mise en service du ABI 7500, don de l’OMS.

Dans le cadre de la surveillance de Poliovirus dans l’environnement, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) avait renforcé en mars dernier le Laboratoire Régional de Référence pour la Poliomyélite en Afrique de l’institut Pasteur de Bangui d’un thermocycleur pour la RT-PCR en temps réel de type ABI 7500.
C’est dans ce contexte que le 02 août 2017, l’ABI 7500 a été mis en service. Cet équipement complète la plateforme de biologie moléculaire de pointe de l’IPB. Il s’agit du 3ème thermocycleur disponible dans le but d’accroître encore la rapidité d’exécution pour réduire le délai de rendu de résultat, ainsi que le nombre de patients pouvant être testés simultanément. L’appareil a été validé par un technicien extérieur certifié pour sa mise en service.
Au regard du volume des analyses réalisées à l’institut Pasteur de Bangui, la fiabilité et la rapidité des résultats pour les patients centrafricains en attente de prise en charge en milieu hospitalier s’élèvent grâce à ces automates.

2017-08-09T09:52:04+01:00août 9th, 2017|Actualités|

07 août 2017 – Session d’évaluation externe de la qualité des laboratoires de diagnostic de la Tuberculose

Du 7 Août au 2 Septembre, se tient au Laboratoire National de Référence (LNR) pour la Tuberculose à l’Institut Pasteur de Bangui l’évaluation externe de qualité des Centres de Diagnostic et de Traitement (CDT) de la tuberculose par la technique de relecture des lames. Cette activité qui concerne les 72 techniciens œuvrant pour le diagnostic de la tuberculose sur tout le territoire centrafricain entre dans la stratégie de lutte contre la tuberculose en RCA mise en place par le ministère de la santé à travers le Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT). Elle est supportée financièrement par le Fonds Mondial pour la lutte contre le VIH/SIDA, le Paludisme et la Tuberculose via le bénéficiaire principal qui est la Fédération international de la croix rouge et du croissant rouge (FICR). L’objectif de cette évaluation est de maintenir un niveau élevé de compétence dans l’exécution des examens microscopiques des frottis des crachats et de leur interprétation. La méthodologie utilisée pendant cette session est celle du panel test c’est à dire  l’utilisation des lames de crachats déjà colorées dont les résultats sont connus d’avance et comportant des lames négatives. . Chaque technicien doit lire un total de 60 lames à raison de 20 lames par jour durant 3 jours. Ainsi 7 sessions de 3 jours sont organisées pour 10 techniciens par session . Les techniciens qui présenteront des insuffisances dans la lecture des lames seront pris en charge par des experts du LNR en vue d’améliorer leur performance et d’accroitre les capacités d’identification de la bactérie dans les laboratoires décentralisés. A l’aide de ce type d’atelier, l’IPB et ses partenaires contribuent à une meilleure prise en charge des patients malades de la Tuberculose.

2017-08-08T17:17:02+01:00août 8th, 2017|Actualités|

04 Août 2017 – Fin de l’Atelier de formation des spécialistes de la faune, de l’environnement, de la santé animale et humaine sur la biosécurité et la biosureté.

 

Du 31 juillet au 04 août s’est tenu dans l’amphithéâtre Albert CALMETTE de l’Institut Pasteur de Bangui (IPB), un atelier de formation regroupant les spécialistes de la faune, de l’environnement, de la santé animale et humaine sur la biosécurité, la biosureté, le diagnostic clinique, le prélèvement et le conditionnement des échantillons et leur envoi au Laboratoire.
L’atelier a été organisé par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) en collaboration avec le Ministère de l’élevage, la Food and Agriculture Organisation (FAO) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et animé par le Dr Abel WADE et Mme Gaelle KAMDJO, Experts de l’AIEA.
L’organisation de cet atelier à l’Institut Pasteur de Bangui témoigne du soutien indéfectible que l’IPB apporte à la santé publique en Centrafrique après la mise à disposition d’une salle pour abriter provisoirement le Laboratoire Vétérinaire National pour le Ministère de l’Elevage.
L’Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) et l’OMS ont convenu du concept « One Health » pour renforcer la collaboration multisectorielle afin de préserver la santé publique, puisque 75 % des maladies humaines proviennent des animaux et que les agents pathogènes zoonotiques sont incriminés au premier rang.
En Centrafrique, les zoonoses telles le monkeypox, la rage et certaines maladies infectieuses (cholera, paludisme) entrainent de nombreuses pertes humaines. Le résultat attendu de cet atelier est de fournir aux participants les connaissances nécessaires pour la protection des professionnels de la santé ainsi que de l’environnement, du contrôle et de la prévention des maladies zoonotiques.

2019-05-28T15:28:12+01:00août 6th, 2017|Actualités|