La quantification de la charge virale VIH demeure à ce jour la technique la plus performante et la plus efficace pour évaluer le succès thérapeutique des traitements antirétroviraux et pour surveiller l’évolution des patients infectés par le VIH sous traitement. Malgré son intérêt, et bien que cette-ci soit largement réalisée dans d’autres pays africains, la mesure de la charge virale VIH était à ce jour peu utilisée en République Centrafricaine (RCA) du fait de son coût élevé, de la faiblesse des infrastructures des laboratoires disponibles dans le pays, de la difficulté d’approvisionnement en réactifs et équipements, ainsi que de l’absence de personnels techniques formés.

Le Laboratoire d’Analyses Médicales (LAM) de l’Institut Pasteur de Bangui était jusqu’à présent la seule structure du pays capable d’assurer la réalisation de cette analyse tout au long de l’année. Récemment, le LAM a même renforcé ses capacités techniques en i) organisant pour tous les techniciens une session de formation de 5 jours sur la technique de PCR en temps réel utilisée pour la mesure de la charge virale VIH dans le sang des patients, et ii) se dotant d’une plateforme technique moderne totalement automatisée, incluant 3 extracteurs et 3 thermocycleurs permettant de réaliser à terme jusqu’à 80 tests chaque jour.

La mise en place de cette plateforme de haute technologie intervient dans le contexte de l’aide financière apportée à la RCA par le Fonds Mondial pour le suivi des patients infectés par le VIH. En effet, la population bénéficie déjà depuis plusieurs années de tests gratuits pour la prise en charge du VIH (mesure de la créatinine et des transaminases, numération formule sanguine, numération du taux de CD4 dans le sang). Depuis peu la quantification de la charge virale VIH a été rajoutée à la liste des analyses disponibles librement pour les patients infectés. Dans ce contexte, les premiers patients ont été reçus au LAM dès le 19 avril 2017. Il s’agit d’un bénéfice considérable pour ces patients qui favorisera une meilleure adaptation des traitements administrés et pourra donc accroître leur durée de vie avec la maladie.