Du 18 au 22 juin 2018 à Bangui, l’OMS a mis en œuvre un atelier d’orientation d’une équipe multidisciplinaire sur la préparation et la réponse à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. L’institut Pasteur de Bangui a été sollicité pour en assurer la modération.

La 9e épidémie d’Ebola déclarée en mai 2018 dans la RDC (République Démocratique du Congo) voisine reste stable. Aucun nouveau cas n’est confirmé par laboratoire depuis le 6 juin 2018. L’OMS porte son attention sur les 9 pays limitrophes de la RDC. Elle aide ces pays à renforcer leurs capacités face aux situations d’urgence. C’est dans ce contexte que durant 5 jours des experts nationaux et internationaux ont dispensé des cours théoriques et pratiques basés sur des scénarios en vue de renforcer les capacités nationales centrafricaines.
Au terme de cet atelier, une cérémonie de clôture officielle a été présidée par le Ministre de la santé M. Pierre SOMSE. Cette cérémonie aura noté : les allocutions du porte-parole des participants, du Directeur Scientifique de l’Institut Pasteur de Bangui, du Représentant de l’OMS, et le discours de clôture du Ministre de la Santé Publique et de la population suivi par la remise des attestations aux participants.

Une équipe d’intervention rapide
A l’issue de cet atelier une équipe multidisciplinaire d’intervention rapide a été constituée. Elle est disponible pour être déployée à tout moment en cas de survenue d’un cas de maladie à virus Ebola.

L’IPB formule des recommandations fortes
le Dr Emmanuel NAKOUNE, Directeur Scientifique de L’institut Pasteur de Bangui, a facilité cet atelier. Au cours de son allocution, il a adressé deux recommandations fortes au Ministre de la Santé Publique et de la Population :
– faire des plaidoyers auprès du gouvernement pour qu’un appui particulier soit apporté à l’équipe d’intervention rapide pour organiser régulièrement des exercices de simulations afin de rendre les membres de l’équipe d’intervention rapide apte et capable à poser les bons gestes car selon lui, lors des épidémies à virus Ebola, le tribut le plus lourd a toujours été payé par ces acteurs de santé en première ligne ;
– réactiver et renforcer le réseau de laboratoires.
Le Représentant de l’OMS, le Dr Severin Ritter von Xylander quant à lui a estimé que tous les pays doivent être préparés et mettre en œuvre les recommandations du Règlement Sanitaire international. Ensuite il a renchéri les propos du Dr Emmanuel Nakouné : « je soutiens tout à fait les 2 points soulevés par M. le Directeur scientifique de l’Institut Pasteur de Bangui. Ce sont les équipes multisectorielles d’interventions rapide qui s’exposent car ce sont elles aussi qui prennent en charge les premiers cas comme il l’a très bien dit. Il est nécessaire de faire des simulations régulières car la répétition est la mère de tout apprentissage. Je crois que c’est un message très important, de même que l’importance du renforcement de capacité diagnostic du laboratoire. La RCA est dans une situation très privilégiée avec la présence de l’Institut Pasteur de Bangui qui dispose d’un plateau technique adéquat pour poser un diagnostic rapide. C’est très important de renforcer la capacité des laboratoires de périphérie à travers un réseau de laboratoire fonctionnel. »

Un optimisme prudent
Le Ministre de la santé M. Pierre SOMSE, dans son discours de clôture, s’est félicité de cette mobilisation : « Cette mobilisation permettra d’assurer la pérennité de notre préparation et réponse contre Ebola. C’est un jalon majeur dans notre effort national de protéger la santé publique. On n’est jamais assez prêt pour gérer une épidémie d’Ebola. Avec l’appui de la banque mondiale, nous sommes en train de mettre en place un réseau sous-régional qui va s’appuyer sur l’expérience du Congo. Les collègues du Congo viendront conduire des exercices de simulation avec l’expérience qu’ils ont à travers la gestion de 9 épidémies à virus Ebola. Le plan de contingence est un document qui est dynamique, enrichissez-le. Et ce n’est que comme cela que nous pourrons élaborer un plan de riposte qui est propre au contexte centrafricain. Je remercie l’OMS qui nous a offert cette formation, je ne voudrais pas oublier nos amis de l’Institut Pasteur qui sont toujours avec nous et qui ont fait un travail formidable. Un des acquis dans notre pays dans la gestion de l’Ebola est connu grâce aux travaux faits par l’Institut Pasteur depuis plusieurs décennies. L’institut Pasteur pour nous est un outil qui est vital. Non seulement il met à notre disposition des informations importantes mais il nous accompagne dans la gestion des urgences de santé publique. »

Du 18 au 22 juin 2018 à Bangui, l’OMS a mis en œuvre un atelier d’orientation d’une équipe multidisciplinaire sur la préparation et la réponse à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. L’institut Pasteur de Bangui a été sollicité pour en assurer la modération.
Du 18 au 22 juin 2018 à Bangui, l’OMS a mis en œuvre un atelier d’orientation d’une équipe multidisciplinaire sur la préparation et la réponse à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. L’institut Pasteur de Bangui a été sollicité pour en assurer la modération.
Du 18 au 22 juin 2018 à Bangui, l’OMS a mis en œuvre un atelier d’orientation d’une équipe multidisciplinaire sur la préparation et la réponse à l’épidémie de la maladie à virus Ebola. L’institut Pasteur de Bangui a été sollicité pour en assurer la modération.