Une des femmes pré-incluses à l’étude MITICA (Mother to Infant Transmission of a dysbiotic in Central African Republic) depuis début Novembre 2017, vient d’être incluse avec son nouveau-né ce jour, après son accouchement à la maternité du Camp Henri IZAMO. C’est la première inclusion des 17 femmes enceintes pré-incluses au lancement de MITICA au mois de Novembre 2017.

L’étude MITICA vise à évaluer l’impact de la transmission de la flore intestinale de la mère à l’enfant dans un contexte de lutte contre la malnutrition infantile.

Le projet MITICA consiste à prendre en charge 110 couples mère-enfant afin de chercher à déterminer le mécanisme d’une possible transmission d’une flore dysbiotique de la mère à l’enfant. Le projet MITICA est financé par le Programme Translationnel de Recherche de l’Institut Pasteur de Paris.

Les analyses biologiques seront réalisées par l’Institut Pasteur de Bangui et par l’Institut Pasteur de Paris.

Cette étude va permettre à terme de comprendre les mécanismes acquisition d’un microbiote dysbiotique chez les nourrissons, une des causes principales de malnutrition chronique. L’étude est mis en place grâce à la collaboration entre les attachés de recherche clinique (ARC) de l’Institut Pasteur de Bangui et l’équipe médicale de la Maternité Henri IZAMO, un centre médical dépendant du Service de santé de la Gendarmerie Nationale, impliqués quotidiennement dans le suivi des couples mère-enfant à Bangui.