Une épidémie de choléra frappe actuellement la République Centrafricaine avec au moins 13 décès survenus parmi 46 cas de diarrhée aiguë aqueuse suspects recensés. L’épidémie a été déclarée mercredi par la Ministre de la Santé, Fernande Ndjengbot, suite à la confirmation biologique d’un de ces cas par l’Institut Pasteur de Bangui. Trois autres cas suspects sont en cours d’investigation.

Initialement localisés dans la commune de Ndjoukou, à une centaine de kilomètres de Bangui, des cas sont apparus ensuite dans les villages proches de la capitale tout au long du fleuve Oubangui, et enfin à Bangui. La Région de Bangui avait déjà été touchée en 2011 par la maladie qui avait fait une vingtaine de morts avant d’être endiguée.

Des mesures d’urgence ont été prises par le Ministère de la Santé avec le soutien de l’OMS : prise en charge des cas au Centre de Traitement des Epidémies, fourniture des médicaments, approvisionnement en eau potable, distribution de comprimés de purification d’eau, gestion des dépouilles et désinfection des objets souillés, communication et sensibilisation.

Le choléra est une maladie diarrhéique humaine due à la bactérie Vibrio cholerae généralement transmise par l’eau et les aliments souillés. La quasi-totalité des cas signalés dans le monde survient en Afrique, la maladie étant associée aux conditions sanitaires précaires. L’importante déshydratation est généralement à l’origine des décès, les pertes d’eau et d’électrolytes pouvant atteindre 15 litres par jour.

Une fiche d’informations au sujet de la maladie est disponible sur le site de l’Institut Pasteur.