En République Centrafricaine, pays endémo-épidémique de la fièvre typhoïde, la péritonite par perforation typhique constitue une pathologie quotidienne des urgences pédiatriques médico-chirurgicales. Les perforations typhiques de l’intestin grêle demeurent un problème grave de santé publique car elles donnent fréquemment lieu à des situations d’urgence où le pronostic vital est engagé. La réponse thérapeutique des enfants sous traitement antibiotique est souvent un échec, car les stratégies adoptées ne tiennent que très rarement compte de la résistance des bactéries aux antibiotiques.

C’est dans ce contexte sanitaire préoccupant que l’équipe du Laboratoire de Bactériologie de l’Institut Pasteur de Bangui dirigé par le Dr Thierry FRANK, a  participé à l’étude intitulée  « Rôle des bactéries résistantes aux antibiotiques dans les perforations typhiques de l’intestin grêle de l’enfant » en vue d’améliorer la prise en charge thérapeutique des patients à partir des  résultats d’analyses biologiques. Le présent travail qui vient en appui à la santé infantile en RCA a été élaboré en partenariat avec l’ONG Emergency, l’ONG MSF-Hollande et le Complexe pédiatrique de Bangui.

Sur un total de 12 prélèvements de plaies opératoires reçus du 01/09/2016 au 30/08/2017, 7 sont positifs pour des souches d’Entérobactéries résistantes à la quasi-totalité des antibiotiques commercialisés en République Centrafricaine.

Il est crucial pour les équipes médicales de sensibiliser la population à l’adoption d’un bon usage des antibiotiques afin de limiter au maximum ces risques de résistances qui peuvent avoir pour conséquence le décès du patient.