La variole du singe devient un véritable problème de santé publique en République Centrafricaine (RCA).

Identifié pour la première fois dans le pays en 2001, dans le Mbomou, puis en 2010 dans la Lobaye, les cas identifiés sont devenus récurrents depuis au point qu’en 2016, trois épidémies ont été enregistrée au nord-est du pays dans le Mbomou et la Basse-Kotto.

A peine quatre mois après les derniers cas survenus dans la Basse-Kotto, un nouvel épisode vient d’être confirmé le 06 février 2017 dans le village Bao situé dans la sous-préfecture de Gambo, toujours dans le Mbomou.

Cinq membre d’une même famille ont été diagnostiqués positifs par l’Institut Pasteur de Bangui (IPB) suite à la maladie caractérisée par des éruptions maculopapuleuses sur tout le corps et dont l’origine de l’infection est encore indéterminée.

Une mission d’investigation composée de l’équipe du Ministère de la Santé et de l’IPB se rendra dans la localité dans les prochains jours afin de mieux comprendre l’épidémiologie et l’origine de l’infection.