Le 1er Décembre est une date importante pour la RCA (commémoration de la proclamation de la République Centrafricaine), mais également pour l’ensemble de la communauté scientifique et médicale à travers le monde. Il s’agit de la date retenue par l’Organisation Mondiale de la Santé pour la Journée Mondiale de Lutte contre le VIH-SIDA.

La première édition de cette JMS a eu lieu en 1988, quelques années après la découverte du VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine) et devant l’inquiétude des autorités de santé face à la pandémie du SIDA. L’Afrique et plus particulièrement l’Afrique sub-saharienne demeure la région la plus touchée par cette pandémie.

Cette année, cette Journée sera matérialisée par le lancement de la Campagne mondiale de lutte contre le Sida (Edition 2016) sous le très haut patronage de son Excellence, Pr Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, Chef de l’Etat, Président du CNLS (Comité Nationale de Lutte contre le SIDA). Cette campagne sera l’occasion de rappeler aux concitoyens, ainsi qu’à l’ensemble des partenaires œuvrant dans la lutte contre le VIH-SIDA, la nécessité de rester mobilisé face à cette pandémie et de poursuivre les efforts qui ont été entrepris depuis plusieurs années dans le monde et plus particulièrement en RCA.

En effet, bien que des progrès non négligeables aient été réalisés dans le pays : prise en charge gratuite des personnes vivant avec le VIH (analyses médicales et traitement antirétroviral-ARV), généralisation de la prévention de la transmission mère-enfant du VIH, diminution de la séroprévalence du VIH (3,5% en 2016 versus 4,9% en 2011). l’« Objectif zéro », à savoir ‘zéro nouvelle infection’ due au VIH, ‘zéro discrimination’, ‘zéro décès’ lié au SIDA, n’est encore pas atteint.

L’Institut Pasteur de Bangui est totalement impliqué dans la lutte contre la maladie (activités d’appui à la santé publique et recherche médicale). Il a fait progresser les connaissances sur le VIH, notamment par la mise en évidence des différentes souches du virus qui circulent en RCA et par la mise à jour de l’algorithme de dépistage.

Au courant de l’année 2016, la RCA s’est alignée sur la stratégie « 90-90-90 » de l’ONUSIDA qui stipule qu’à l’horizon 2020, 90% des personnes séropositives doivent connaitre leur statut sérologique, 90% doivent être mis sous traitement ARV, 90% des personnes traitées doivent avoir une charge virale VIH indétectable. Par conséquent, au courant du premier trimestre 2017, une nouvelle étape sera franchie en RCA avec l’intégration des analyses de charge virale dans les analyses subventionnées par le Fonds Mondial. Cette analyse qui sera gratuite est en effet indispensable pour le suivi virologique des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) qui sont mises sous traitement ARV.

[images picture_size=”fixed” lightbox=”yes” class=”” id=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/12/IMG_1715.jpg” alt=””][image link=”” linktarget=”_self” image=”https://pasteur-bangui.org/wp-content/uploads/2016/12/IMG_1732.jpg” alt=””][/images]