Monthly Archives: February 2020

//February

24 février 2020 – La République Centrafricaine s’apprête à soumettre la documentation nationale pour l’obtention du statut « libre de polio sauvage »

La République Centrafricaine a soumis la documentation nationale pour l’obtention du statut de pays libre de poliovirus sauvage à la vérification du Comité National de Certification. Elle présentera pour la première fois, avec le Cameroun, le Nigéria et le Soudan du Sud la documentation complète devant la Commission Régionale de Certification Afrique au mois de mars 2020.

Pour une certification indépendante de l’absence de poliovirus sauvages dans tous les pays du monde, l’OMS a mis en place une Commission Mondiale pour la Certification de l’éradication de la poliomyélite qui par la suite a élaboré les principes et les directives du processus d’éradication. Faisant partie de ce processus, des Commissions Régionale de Certification ont été créés dans chacune des six régions de l’OMS. La certification d’une région n’est envisagée que lorsque tous ses États Membres ont démontré l’absence de transmission de poliovirus sauvage pendant au moins trois années consécutives, constatée par des activités de surveillance de la poliomyélite réalisées en conformité avec les normes de la certification.

En République Centrafricaine, le dernier cas de poliovirus sauvage (PVS) autochtone a été notifié le 26 décembre 1999. Le dernier cas de PVS importé des pays voisins, confirmé en RCA, remonte au 8 décembre 2011. Le poliovirus dérivé de souche vaccinale circulant (PVDVc) n’a jamais été déclaré auparavant jusqu’à l’épidémie du PVDVc de type 2 du 2 mai 2019. Ces 10 dernières années, le système de surveillance de PFA en RCA est resté performant dans l’ensemble en ce qui concerne la détection des cas. La surveillance en environnementale a été introduite en RCA en décembre 2017 pour renforcer la surveillance de PFA. 3 des 10 sites de surveillance environnementale ont produit des PVDVc. La couverture vaccinale administrative nationale pour l’immunité de la population a progressé de 45% en 2014 à 81% en 2019 pour le vaccin antipoliomyélitique oral bVPO3, et de 42% en 2015 à 81% en 2019 pour le vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI). Bien que la couverture vaccinale administrative en VPO3 soit passée de 51% en 2017 à 81% en 2019, les estimations OMS-UNICEF montre une couverture autour de 50% sur la période. L’évaluation de risque a montré que presque tout le pays est à risque moyen ; cependant dans certains districts le risque demeure élevé.

Dans ce contexte, une délégation de la Commission Régionale de Certification pour l’Afrique (CRCA), était en visite de travail pour la vérification du document et ses annexes, visiter des régions sanitaires, districts et formations sanitaires choisis par la Commission, et le laboratoire de référence régional OMS de la poliomyélite abrité à l’Institut Pasteur de Bangui.

Compte tenu de ces progrès, la République Centrafricaine pourrait obtenir la certification de l’éradication du poliovirus sauvage d’ici fin 2020.

 

2020-02-22T13:23:17+00:00February 22nd, 2020|Actualités, News, oms|

10 février 2019 – Mieux comprendre la dissémination des rotavirus en République Centrafricaine par le projet GENVARO

L’Institut Pasteur de Bangui, à travers le projet GENVARO, suit l’évolution de la distribution des génotypes de rotavirus chez les enfants de moins de 5 ans afin de caractériser les souches inhabituelles et déceler d’éventuelles souches émergentes. Ce projet au concept One health, mené en collaboration avec le Ministère de l’élevage, et le Complexe Pédiatrique de Bangui vise à contribuer efficacement au programme de lutte contre les diarrhées dues aux rotavirus.

La gastro-entérite à rotavirus est une diarrhée aigüe, grave chez les enfants de moins de 5 ans, qui peut entrainer la mort dans des cas extrêmes. En République Centrafricaine, les rotavirus sont les agents majeurs des gastro-entérites chez les enfants hospitalisés. L’Institut Pasteur de Bangui a observé l’évolution des génotypes des rotavirus dans la population pédiatrique de Bangui par la surveillance des gastro-entérites et les derniers résultats ont mis en évidence l’émergence de génotype G/P inhabituels G9P[8]  et G12P[6]. Environ 40% des enfants de moins de 5 ans hospitalisés au Complexe Pédiatrique de Bangui pour une diarrhée, sont infectés par le rotavirus.

Le projet GENVARO « Diversité génétique et rôle de la transmission zoonotique des rotavirus chez les enfants de moins de 5 ans et les animaux des élevages familiaux en République Centrafricaine » consiste à réaliser une étude cas-témoins, épidémiologique et moléculaire des rotavirus afin de d’identifier les génotypes non communs de rotavirus A (RVA) qui peuvent émerger de la transmission zoonotique.

Ce projet est mené sur fonds propres pour la partie collecte des échantillons et bénéficie d’une collaboration du CDC Atlanta qui fournit les réactifs pour la partie moléculaire.

2020-02-10T09:50:44+00:00February 10th, 2020|Actualités, News, Recherche|

6 février 2020 – Démarrage officiel de l’étude FISSA (Febrile Illness in Sub-Saharan Africa) dans le cadre du projet ALERRT à l’hôpital de District de Sibut en République Centrafricaine

L’étude FISSA (Febrile Illness in Sub-Saharan Africa) du projet ALERRT (African Coalition for Epidemic Reseach, Response and Training) a officiellement démarré les premières inclusions à l’étude le lundi 3 février 2020 à l’hôpital de District de Sibut. L’étude vise à déterminer les causes réelles des échecs thérapeutiques ou des décès liés aux maladies fébriles en Afrique sub-saharienne en général et en Centrafrique en particulier.

Le 31 Janvier 2020 dans la ville de Sibut s’est tenue la cérémonie officielle du démarrage de l’étude FISSA dans le cadre du projet ALERRT. Cet événement a vu la participation du Préfet et du Sous-Préfet de KEMO, du Président de la Délégation Spéciale de la ville de Sibut, des principaux Chefs de Groupe et Chefs de quartier, des personnels soignants de l’Hôpital de District de Sibut impliqués dans le projet et des personnels impliqués dans la recherche clinique recrutés par l’Institut Pasteur de Bangui. L’événement avait pour but de présenter à la population de Sibut ainsi qu’à tous les acteurs, les grands axes pris en compte par le projet ALEERT à travers l’étude FISSA : objectifs, résultats et activités à mener.

Le réseau ALERRT est un consortium de 19 organisations partenaires, dont 13 en Afrique et 4 en Europe, mobilisés pour lutter contre les épidémies en Afrique Sub-saharienne à travers la recherche scientifique, les stratégies de riposte et la formation des personnels soignants. L’étude FISSA, née du projet ALEERT, cherche à déterminer les causes réelles des échecs thérapeutiques ou des décès liés aux maladies fébriles en Afrique sub-saharienne en général et en Centrafrique en particulier.

Les inclusions à l’étude FISSA ont débuté à l’hôpital de District de Sibut le lundi 03 Février 2020 et s’étendront sur 12 mois. La prochaine étape sera le lancement officiel de la même étude à l’Hôpital de District de BODA. Sur ce second site, l’Institut Pasteur de Bangui travaillera en collaboration technique avec l’ONG ALIMA, un autre partenaire du réseau ALERRT en Centrafrique.

 

 

2020-02-06T14:01:11+00:00February 6th, 2020|Actualités, ALERRT, News, Recherche|