A la fin de leur stage de préparation de  mémoires/thèses, les étudiants de l’Université de Bangui soutiennent publiquement les résultats de leurs travaux devant un Jury d’experts.  C’est dans ce cadre que Mademoiselle Christelle Luce BOBOSSI GADIA a exposé le 20 janvier 2017 la synthèse de son travail de mémoire de Master 2 en Biologie-Santé et Ecologie appliquées (Option : Microbiologie Appliquée). Après délibération, les membres du Jury lui ont attribué la note de 17 sur 20 avec Mention Très Bien.

Son travail portait sur le Diagnostic différentiel des ictères fébriles en République centrafricaine de 2008  à 2010 et a été dirigé par le Dr Emmanuel NAKOUNE YANDOKO, responsable du laboratoire des arbovirus, des fièvres hémorragiques virales, virus émergents et zoonoses, en collaboration avec Dr Alexandre MANIRAKIZA, responsable du service d’Epidémiologie de l’Institut Pasteur de Bangui. Les résultats de ce travail ont révélé de nouvelles pistes d’investigation en laboratoire pour les cas suspects de fièvre jaune mais dont la sérologie réalisée pour détecter les anticorps IgM anti-amaril reste négative. Ces fièvres ictériques non expliquées peuvent être le résultat d’une autre infection moins recherchée, telle que Zika virus ou la leptospirose par exemple. Le diagnostic biologique différentiel est donc indispensable pour identifier les causes des fièvres.